3… 2… 1… et oups! Une croyance!

3 – 2 – 1 et oups! Une croyance!

Une croyance se manifeste dans le quotidien et empêche une personne de réaliser son plein potentiel. Il serait opportun de les déjouer!

Pourquoi donc? Parce qu’un coup de cafard se présente!
Plus d’excuses ne sont possibles. Il ne reste que vous devant devant vous-même. Mais oups… vous figez. La peur envahie, gèle. Ce que vous souhaitez et rêvez depuis des mois est maintenant à votre portée, mais vous figez.
Plusieurs croyances s’unissent à ce moment d’envol afin de faire une tentative de sabotage! Mais Wow! Ne dites pas votre dernier mot!

Une des premières croyances qui se présente est le sentiment d’imposteur.
Mais qui suis-je pour aider les autres? Pourquoi les personnes choisiraient-elles de travailler avec moi?
Alors tout un processus de réflexion s’amorce afin d’identifier et d’assumer sa distinction, son essence et de la vivre en toute authenticité. Ainsi, il pourrait opportun de revoir son parcours professionnel, personnel et académique afin d’identifier ses propres réalisations et de mettre en lumière son expertise développée dans le but de se réapproprier sa valeur.

Une 2e croyance pourrait être «Je dois tout savoir avant de me lancer».
Tout d’abord cette attente est irréaliste. Il est impossible de tout savoir et de tout maîtriser car nous sommes de humains! Ainsi donc, il est préférable de laisser de côté cette pression et de plutôt reconnaître sa propre unicité ainsi que le bagage que nous transportons avec nous afin de se présenter et d’agir de manière authentique avec celui-ci. Le niveau de pression redescend!!!

Une 3e croyance pourrait se présenter sou la forme de «ne pas pourvoir me tromper»
La plupart des personnes est très exigeante envers elle-même (plus que ce que leur demanderaient d’autres). Nous pourrions même en qualifier de perfectionnistes. Le fait que l’apprentissage vienne dans l’action semble avoir été mis de côté… Je n’ai jamais vu de bébé se lever et se mettre à courir, non? Il expérimente… fait des tentatives, tombe, recommence… C’est la même chose à l’âge adulte, mais nous semblons parfois l’oublier. Donc, dites oui à explorer, à changer d’idées, à préciser, à adapter et jeter à la poubelle l’idée qu’il faut tout faire du premier coup, et ce, parfaitement!!! Ce n’est franchement pas réaliste!

Comment renverser la vapeur?

À un certain moment, lorsque les choses n’avancent pas tel que souhaité ou que vous en vous sentez pas en maîtrise, il est temps de vous arrêter et de vous dire: «C’est assez!» et d’analyser ce qui vous bloque. J’ai donné quelques exemples, mais vos croyances pourraient être autres.
Quels sont les fondements de vos croyances?
Vous sont-elles encore utiles? Si oui de quelles manières? Si non, par quoi avez-vous envie de les remplacer? Et si vous les mettiez à l’envers?
1– Je suis à ma place
2- J’en sais suffisamment pour me lancer
3- J’ai le droit de me tromper

Je vous propose de voir cette période d’inconfort comme étant une occasion pour faire le point sur vos principales forces, vos atouts et de vous réapproprier vos réalisations professionnelles.
La manifestation de ces croyances est utile car elle indique l’importance de clarifier votre distinction, votre valeur-ajoutée, de vous préparer afin d’effectuer un travail de qualité et non de surqualité!

Également, elles sont source de pression et font monter le niveau de stress.
Elles se pointent probablement le bout du nez aider à prendre conscience de la zone de turbulence dans laquelle vous êtes actuellement, laquelle vous amènera à sortir de votre zone de confort et à prendre de nouveaux risques.

Pendant ce temps, faites preuve d’indulgence à votre égard, accordez-vous plus de liberté dans ce que vous construisez afin de laisser émerger votre créativité. Car pour obtenir des résutats différents, il faut agir différemment!

La reconnaissance de notre propre valeur commence à l’intérieur de soi. C’est le temps de se lancer… 1 – 2 – 3, C’est parti!!!!

Ha! Le perfectionnisme!

Le perfectionnisme. Nous en entendons parler! Il est valorisé, il est malmené. Qu’en est-il exactement de ce trait de personnalité? De quelles manières affecte-t-il votre vie professionnelle? Je vais d’abord vous présenter les enjeux reliés au perfectionnisme, les atouts que présente ce trait et examiner la combinaison idéale afin de le maximiser.

Les inconvénients

Étant donné que le perfectionniste accorde une grande importance aux détails, il a l’impression d’en être inondé et peut éprouver de la difficulté à détecter ce qui est réellement important et urgent car rien ne semble ressortir. Quelles sont mes priorités? Il peut ainsi se retrouver à travailler des heures de fou pour respecter ses échéanciers, et même parfois, ne pas y parvenir car ne sachant par où commencer, il aura procrastiné.

Le perfectionniste voit grand et souhaite accomplir de grandes choses. Le fait de viser des sommets aussi hauts l’amène à s’investit beaucoup : en temps, en énergie et en économies avec le sentiment que ce n’est jamais terminé car il peut toujours faire mieux, se dépasser et aller plus loin. Ces sentiments créent un sentiment de pression afin de performer.

Cette pression lui donne l’impression de vivre en état de surcharge perpétuelle, d’où il a de la difficulté à décrocher, à faire autre chose que travailler au sens littéral comme au figuré. Peu à peu son sentiment de plaisir s’efface… et le sens disparaît.

Si la situation persiste dans le temps, le perfectionniste pourrait développer des symptômes reliés à la dépression, à l’anxiété et un sentiment d’éternelle insatisfaction tant envers lui-même et qu’envers les autres car ils n’arrivent pas à combler ses exigences, souvent irréalistes. Il trouve ardu de mobiliser les à l’atteinte de SON niveau d’excellence car ils n’accordent pas la même valeur au travail à faire.

Ce décalage au niveau des objectifs à atteindre engendre régulièrement des défis pour le perfectionniste lorsqu’il établit des relations avec les autres. Accepter de faire confiance, de travailler en équipe et de déléguer des tâches car il a la crainte que ce qui sera livré ne sera pas à la hauteur de SES attentes et qu’il devra, de toute manière, le reprendre. Avec le temps, le perfectionniste peut choisir de s’isoler.

Le perfectionniste accorde une grande d’importance au respect des règles et des procédures. Ceci l’amène faire preuve de rigidité et à trouver difficile de sortir des sentiers battus. Innover, laisser place à la créativité ou encore prendre des risques sont des défis pour lui. Cette rigidité pourrait même lui faire manquer des opportunités intéressantes.

Qu’est-ce qui pousse tant le perfectionniste à rechercher la perfection? S’il met autant d’énergie et d’efforts dans ce qu’il entreprend c’est qu’au fond de lui, il a peur d’être rejeté s’il n’est pas à la hauteur. Il attribue également sa valeur personnelle à la perception que les autres ont de lui. Donc, s’il échoue ou s’il est imparfait, il a l’impression qu’il ne vaut plus rien. Sa confiance en lui est fragile. Il a sans cesse l’impression qu’elle peut s’effondrer. Il a le sentiment, que malgré toute l’énergie investie, qu’il n’est pas à sa place et il craint que son imposture ne soit découverte. Cette crainte constante l’empêche d’éprouver du plaisir dans ce qu’il entreprend.

Il a également une vision disproportionnée de la réalité, accordant une immense pointe de tarte au négatif (à ce qui a mal été, aux embûches rencontrées, aux détails mal ficelés) et une infime place au positif (aux succès, réalisations et aux apprentissages effectués). De plus, ces derniers ont tendance à s’estomper rapidement écrasés sous le poids des éléments négatifs, laissant un goût de déception dans la bouche.

Lorsque nous portons notre attention uniquement sur les points négatifs, on peut craindre pour les perfectionnistes! N’oublions pas qu’il y a également l’autre côté de la médaille!

Les avantages

Être perfectionniste est très valorisé dans notre société, dans nos familles et on a l’impression que le fait de réussir signifie qu’on vaut quelque chose, qu’on a de la valeur.

Avant de passer à l’action, le perfectionniste prend un long moment de réflexion, analyse toutes les possibilités. Ce moment de préparation lui permet de s’assurer de bien identifier les éléments en jeu et d’assurer la cohérence. Le perfectionniste sera souvent reconnu pour sa capacité à repérer des détails qui échappent aux autres. Cette qualité très précieuse permet d’éviter des erreurs qui pourraient être coûteuses en temps, en énergie et en argent. Elle est propice à agir de manière organisée et en respectant les règles. Les perfectionnistes sont reconnus pour leur grande conscience professionnelle.

La vision de l’atteinte de l’excellence est source de motivation interne chez le perfectionniste et le fait passer à l’action. En route, il récolte régulièrement la reconnaissance des autres, laquelle contribue à arroser sa motivation vers l’atteinte de cette excellence. Aussi, le perfectionniste à la volonté de satisfaire ses collaborateurs : patron, collègues, clients, fournisseur… ce qui le pousse à travailler pour identifier de meilleures solutions et ainsi éprouver une immense satisfaction. Avoir un perfectionniste dans son équipe de travail amène chacun à se dépasser.

Afin d’atteindre ses standards de performance, le perfectionniste se donne des moyens et des outils. Il va s’investir, s’inscrit dans la formation continue, s’entoure des meilleurs dans le domaine et y consacre le temps nécessaire.

Dans ce billet, j’ai mis plusieurs des aspects positifs et négatifs reliés au trait du perfectionniste, mais rares sont les individus qui les possèdent tous! Aussi, ils peuvent se manifester d’une manière dans une sphère de notre vie et être absent dans une autre.

Des pistes de réflexion…

Que peut-on faire lorsque notre trait de perfectionnisme nous met des bâtons dans les roues et nous empêche d’être heureux?

La première étape consiste à changer sa paire de lunette. Enlever celle du perfectionniste et la remplacer pour celle de la personne consciencieuse.

À ce moment, plusieurs changements s’opèrent.

  • S’imposer des standards d’excellence humainement possibles à atteindre et qui motivent réellement
  • Doser ses efforts et ses priorités sans négliger l’importance des détails
  • Demeurer flexible tout en ajustant ses exigences au contexte ou à l’importance de l’activité
  • Se donner le droit à l’erreur et la possibilité d’apprendre de celles-ci car l’échec n’existe pas, il n’y a que du feedback
  • Ajouter du plaisir et de la satisfaction afin de savourer autant le processus que la destination
  • Chercher à prévenir les difficultés et entrer en mode solution si une se présente

En conclusion

Je vous invite à troquer votre costume de superhéros pour mettre celui de la bienveillance et du respect envers vous-même afin de savourer l’atteinte de votre bonheur au quotidien.